PR O  JE C  TIL  E S

 
 
 
 

Exposition "Dogon"

Projet
Exposition "Dogon"
Date
2011
Lieu
Musée du Quai Branly - Paris
Surface
2000 m²
Équipe

Projectiles, scénographes
Laurent Meszaros, graphiste
Hervé Audibert, éclairagiste

La scénographie propose une mutation progressive des rapports triangulaires entre le visiteur, le contenu et le contenant, à travers les trois étapes successives de l’exposition. De contenu essentiellement Sculptural, l’espace conjugue les rapports au corps.
La première séquence propose d’exposer les objets sur des grandes plaques lumineuses décollées du sol. Le visiteur, entouré par ses plaques, sillonne l’espace et découvre un trésor unique exposé de façon chronologique : Il entreprend alors « la marche du temps ». Le corps, les sculptures, le sol … le désert … l’horizon.
La deuxième séquence fige une dense de masques, disséminés dans l’espace. Il est encore question de jouer avec le corps et d’exposer dans l’espace et non en périphérie.
La dernière séquence est un espace se référant aux intérieurs des collectionneurs. formes baroques extrudées, proportions déformées des modénatures spatiales bourgeoises, clavecin (non retenu finalement), velours et tapis, font ensemble le décor de fond dans lequel sont exposés les objets dogon.
L’ensemble de l’espace d’exposition est limité par un cyclo lumineux toute hauteur, faisant référence aux frontières cosmogoniques de l’univers des dogon.

The exhibition layout offers a gradual transformation of the three-way relations between the visitor, the content and the form, through the three successive stages of the exhibition.
The content is mainly sculptural, and the space brings together the relations to the body.
In the first sequence, objects are displayed on large luminous slabs that are raised off the ground. The visitors, surrounded by these slabs, criss-cross the space and discover a unique treasure exhibited chronologically: they set out on “the march of time”. The body, the sculptures, the ground… the desert…the horizon.
In the second sequence, a dance of masks is frozen in time and distributed through the space. Once again, the idea is to play with the body and to display objects inside the space and not around the edges.
The final sequence is an area alluding to a collector’s home, with extruded baroque shapes, deformed proportions of the decorative bourgeois spatial elements, a harpsichord (finally not included), velvet and carpets, together forming the background against which the Dogon objects are displayed.
The entire exhibition space is limited by a full height luminous cycle, alluding to the cosmogonic frontiers of the Dogon universe.

 

Projets

Équipement
Habitat
Expositions
Installations
 
Scroll to top